En taxant l'acier et l'aluminium venus d'Europe et les marchandise chinoise importées, le président américain Donal Trump a relancé de manière spectaculaire la politique protectionniste américaine. Au point de déclencher une guerre commerciale. 

Mars Donald Trump a stupéfié ses partenaires commerciaux en annonçant sa volonté de taxer lourdement l’acier et l’aluminium européens importé par les États-Unis. En avril, nouveau coup de tonnerre : cette fois, c’est à la Chine que s’en est pris le président américain : 30 à 60 milliards de marchandises « made in China » pourraient être plus lourdement imposées. Loin de calmer le jeu, le locataire de la Maison Blanche, las de voir de grosses cylindrées allemandes dans les rues de New-York, veut maintenant taxer les voitures européennes. Chine et Europe n’ont pas tardé à réagir, en menaçant Washington de représailles sur ses exportations. Cette escalade ressemble fort à un début de guerre commerciale totale, résurgence d’un protectionnisme que l’on croyait oublié depuis la Seconde Guerre mondiale…