Pourquoi la mondialisation est-elle en crise ?

Ça clashe
Par Clément Rouget et Maxime Hanssen

Comment et pourquoi sommes-nous passés d'une mondialisation dite "heureuse", qui profite à une majorité de personnes, à une mondialisation rejetée par une part importante de la population des pays occidentaux ? Dani Rodrik, professeur à Harvard et spécialiste des traités de libre-échange, décrypte le changement de nature de l'ultra internationalisation du commerce et appelle d'urgence à une meilleure prise en compte des perdants. 

Libre-échange, populisme, climat : pourquoi la mondialisation est-elle en crise ?

Dani Rodrik est un économiste turc et professeur à l'université Harvard. Il est l'un des plus éminents économistes de la mondialisation, dont il est un auteur critique. Pour lui, l'internationalisation des échanges et des flux n'est pas un phénomène négatif en soi - la preuve étant, estime-t-il, le développement économique heureux des années 50, 60, 70. Elle a toutefois changé de nature dans les années 90 et est devenue ce que l'auteur appelle l'"hyper-mondialisation". Cette transformation, dont il analyse avec précision les ressorts, a entraîné les critiques que l'on connaît aujourd'hui.