Souvent montrés du doigt, les rois du ballon rond sont perçus par beaucoup, à tort ou à raison, comme des machines à cash. Faut-il s’émouvoir des salaires mirobolants de ces sportifs hors norme à l’heure des revendications sociales tous azimuts ? Le débat est ouvert… et houleux.

Ces exposés s’inscrivent dans le cadre d’un cours de rhétorique, ils ne reflètent en rien les idées et opinions personnelles des étudiants concernés.

Les footballeurs sont-ils trop payés ?

Oui, c’est indécent

Philippo Ramisoda

1ère année de BTS NDRC (Négociation et digitalisation de la relation client) à l’ENC Bessières

Non, c’est la loi du marché

Afaf Mokadem

1re année de BTS NDRC (Négociation et digitalisation de la relation client) à l’ENC Bessières

L'avis de Philippo Ramisoda : Oui, c’est indécent

C’est d’ailleurs l’avis de 96 % des Français. Les revenus de certains joueurs sont indécents : plus de trois millions d’euros par mois pour Neymar, alors que le salaire moyen en France est de 2 200 euros. Le salaire mensuel de Mbappé (1,7 million d’euros) est bien supérieur au patrimoine de la majorité des Français.

Avec la crise économique, le nombre de pauvres en France et dans le monde, des joueurs qui courent après un ballon perçoivent des salaires insolents alors que des personnes bien plus utiles pour la société – infirmiers, professeurs et ouvriers – ont parfois des fins de mois difficiles. Est-ce cela, les valeurs de notre société ? En plus, les revenus sportifs et les revenus publicitaires pervertissent l’esprit du sport. C’est devenu un business qui profite à ceux qui ont les moyens de se payer les services des meilleurs joueurs pour gagner des titres et vendre le plus de maillots possible.