Combien ça coûte, un billet de TGV ?

Consommation

Combien ça coûte, un billet de TGV ?

Contrairement aux TER et aux Intercités, son prix ne dépend pas du coût au kilomètre, mais reflète un équilibre offre-demande qui fait exploser les tarifs pour certains trains.

Avec l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire, prévue fin 2020, la SNCF pourrait bien devoir revoir sa politique de prix. Ses tarifs variant du simple au quadruple, l’entreprise est souvent critiquée sur l’opacité des prix des billets de TGV.

Ironiquement, ces écarts découlent d’un modèle conçu justement pour faire face à une concurrence accrue : le yield management, ou tarification dynamique.

Le principe : maximiser le prix du billet en le vendant à chaque consommateur au tarif le plus proche de ce qu’il est prêt à payer. D’où les prix exorbitants pratiqués aux heures de pointe, le vendredi soir et le dimanche, périodes convoitées par les foyers aisés et les professionnels.

Selon le sociologue des marchés Jean Finez, le yield management est une « technologie de gestion des flux » qui va permettre à la SNCF de répartir les demandes de voyage sur ses trains.