Combien ça va (vous) coûter d’installer la fibre en France ?

Consommation

Combien ça va (vous) coûter d’installer la fibre en France ?

Nec plus ultra de la connexion internet, la fibre optique est déployée petit à petit en France pour assurer le très haut débit partout sur le territoire avant 2022. À quel prix pour les pouvoirs publics et le consommateur ?

Fin mars 2020, au début du premier confinement, 40 % des abonnés internet en France bénéficient d’une connexion très haut débit, selon l’Arcep, le régulateur français des télécoms. Et les 60 % restants s’arrachent probablement les cheveux chaque jour de télétravail depuis près d’un an.

En 2013, le gouvernement s’est fixé comme objectif, dans le Plan France très haut débit (PFTHD), de garantir une connexion internet… très haut débit (30 Mbit/s), sur tout le territoire, en 2022.

Honorer cet engagement passera principalement par le déploiement de la fibre optique ,un fil de verre ou de plastique plus fin qu’un cheveu, capable de transporter énormément de données à la vitesse de la lumière sur plusieurs centaines, voire milliers de kilomètres.

La fibre peut atteindre un débit internet jusqu’à 500 fois supérieur à celui de l’ADSL, qui utilise le même réseau en cuivre que les téléphones fixes ou la télévision.

Mais pour permettre à chaque foyer et à chaque entreprise d’utiliser cette super-connexion internet, le réseau d’infrastructures nécessaire est aussi complexe qu’une toile d’araignée : « nœuds de raccordement optique » dans les centraux téléphoniques, « points de mutualisation de zone » (pour ensuite desservir un quartier), « points de branchement » communs à six ou 10 logements et enfin, prise optique murale. Le tout relié par des kilomètres de câbles de fibre.

Environ 20 milliards pour le réseau

Depuis 2009, les opérateurs déploient la fibre dans les zones « très denses » où de nombreux nouveaux abonnés sont garantis. Mais dans les zones moins peuplées (45 % des foyers), un coup de pouce public est nécessaire.

fibre.png

Le PFTHD prévoit que les collectivités territoriales déploient le très haut débit via des réseaux d’initiative publique, qui peuvent faire appel à des partenaires privés. Vingt milliards d’euros d’investissement seront mobilisés par les entités privées et publiques, dont 3,57 milliards d’euros de l’État.

Pour l’Arcep, il faudrait entre 18,1 et 26,1 milliards d’euros, selon le matériel utilisé et le génie civil déjà installé, pour déployer un réseau fibré en France, d’après une modélisation des dépenses d’investissement conçue par l’autorité.

En Chiffres

28,6 millions

Locaux éligibles à des services de très haut débit fin 2020, dont 24,2 millions via la fibre, sur 40 millions de locaux à raccorder en France.

Et compte tenu de ces chiffres, l’Arcep « a calculé un coût mensuel moyen de l’accès en dégroupage total de 8,12 euros dans le scénario de coûts bas et de 10,90 euros dans le scénario de coûts hauts », c’est-à-dire le prix à payer par un fournisseur d’accès internet pour utiliser le réseau développé par une autre entité.

De 27 à 50 €/mois

La partie restante, entre le réseau commun et la prise murale d’un logement, est installée par le Fournisseur d’accès internet (FAI) et peut coûter de zéro à quelques centaines d’euros selon les offres commerciales et les situations : réseau enterré ou aérien, nombre de logements à raccorder, bâtiment éloigné du réseau.

Selon les données à jour de l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, les abonnements varient ensuite de 27 euros à 50 euros par mois pour jouir du très haut débit, de quelques chaînes TV… et de moins de tracas lorsque tout le monde veut se connecter au même moment dans la maison.