David Bowie, Bob Dylan… Pourquoi les majors rachètent les catalogues musicaux de stars

Consommation

David Bowie, Bob Dylan… Pourquoi les majors rachètent les catalogues musicaux de stars

Pour les uns c’est la rentabilité d’un investissement plus sûr que l’or, pour les autres, c’est surtout l’histoire de la crise du vinyle et le contexte actuel de recettes de l’industrie musicale qui expliquent la frénésie des ventes de catalogues musicaux. Explications.

Après David Bowie, qui sera la prochaine star à vendre son catalogue musical en 2022 ? L’annonce tombera certainement sous peu, à l’image de l’année 2021 pendant laquelle les rachats de célèbres répertoires musicaux se sont enchaînés à une cadence effrénée : Bob Dylan, Bruce Springsteen, Neil Young, Tina Turner, les Red Hot Chili Peppers…

Il y en aurait eu plus de 60 majeurs en douze mois, décompte le site Music Business Worldwide, pour un montant vertigineux total de 5,05 milliards de dollars : comment expliquer cette flambée des rachats ?

La musique, plus rentable que l’or et le pétrole ?

Première raison avancée : ces catalogues, des listes de chansons mondialement connues et rentrées dans le panthéon de la culture mondiale à l’image de Revolution des Beatles, seraient des actifs plus sûrs que le pétrole et l’or, s’enthousiasmait déjà en octobre 2020 Merck Mercuriadis, le PDG du fonds d’investissement Hipgnosis Songs Fund, dont les propos sont rapportés par le média américain Complex… car « lorsque quelque chose de fou se produit sur le marché, ou que Donald Trump ou Boris Johnson font quelque chose de stupide, le prix de l’or et du pétrole est affecté. Les grandes chansons seront, elles, toujours écoutées », quoi qu’il arrive.