Déconfinement : les terrasses éphémères gratuites jusqu’à fin septembre 

Consommation

Déconfinement : les terrasses éphémères gratuites jusqu’à fin septembre 

Les terrasses éphémères, mises en place au premier déconfinement de 2020, resteront gratuites jusqu'à fin septembre 2021. Elles pourront être installées d'avril à octobre, chaque année, contre le paiement d'une redevance, et le respect de nouvelles règles.

La Mairie de Paris a enfin tranché. Depuis la réouverture en extérieur des restaurants et bars le 19 mai 2021, une question restait en suspens : bars et restaurants pourraient-ils continuer à occuper gratuitement les morceaux de trottoirs, places, terre-pleins, emplacements de livraisons et stationnements, comme la Mairie les y avait autorisés fin mai 2020 ? De nouveaux éléments de réponse ont été diffusés ce 7 juin 2021. Voici ce que l'on sait aujourd'hui.

Les terrasses éphémères deviennent désormais des terrasses "estivales" : tous les ans du 1er avril au 15 octobre, les restaurateurs pourront sortir tables et chaises jusqu’à 22h, contre redevances. 

Exception pour la sortie de crise : la Mairie a renoncé à faire payer les restaurateurs et gérants de bar des redevances pour ces terrasses éphémères cet été, une demande qui était appuyée par le syndicat de l’hôtellerie UMIH. Et selon Frank Belvau, président de l'UMIH interviewé par nos confrères de France Bleu, cette gratuité s’appliquerait également à toutes les autres terrasses, y compris les pérennes (voir plus bas : Combien coûte une terrasse pérenne ?). 

Jusqu'au 30 septembre, l'ensemble de la profession va travailler avec des "droits gratuits" et de "façon sereine, et de voir à partir du mois de septembre ce que cela va donner", a-t-il précisé.

Une autre zone d'ombre persiste : nul ne sait combien ces installations coûteront aux commerçants ni pour la période du 30 septembre au le 15 octobre 2021, ni pour les étés suivants.

"Le tarif (des terrasses éphémères) s’harmonisera avec celui des terrasses (classiques)” avait répondu dans un premier temps Olivia Polski, l’adjointe de la Mairie de Paris en charge du commerce, mardi 27 avril 2021, avant d’être contredite, le lendemain, par la Maire de Paris, Anne Hidalgo.

Combien a coûté ce dispositif à la Ville de Paris ?

La Ville de Paris a renoncé à certaines recettes depuis plusieurs mois, notamment celles générées par les places de stationnement occupées par les terrasses éphémères.

Et elle doit maintenant renflouer ses caisses. 9 000 places de stationnement sur 148 000 ont été occupées par ces terrasses éphémères. Anne Hidalgo a avancé chez nos confrères de BFM-TV le chiffre de 47 millions d'euros de recettes non perçues en raison de cette gratuité. Car chaque place de stationnement permettrait de générer 4 530 euros par an.

Chez nos confrères de France Info, la Maire de Paris a justement rappelé que :

“Il faudra bien que la ville puisse retrouver des recettes."
Anne Hidalgo, 

Maire de Paris.

"Pour l’instant, c’est la ville qui paye, mais j’entends bien demander à l’Etat des compensations, notamment sur toutes ces recettes que nous n’avons pas pu percevoir”, a ajouté la Maire. 

Un coup de pouce pour les restaurants et bars

De leur côté, l’UMIH se félicite que ce dispositif reste gratuit jusqu’à fin septembre 2021. "Les terrasses éphémères ne permettront pas aux gérants de faire 100% de leur chiffre d'affaires habituel, mais elles sont indispensables", soulignait son président en mai 2021. 

Quel impact aura ce dispositif sur le chiffre d'affaires des gérants de restaurants et de bar ? "C'est difficile à dire", répondait le responsable syndical.

"Une terrasse représente en temps normal 30% du chiffre d'affaires de l'établissement. Mais cela dépend de chaque gérant : les terrasses éphémères ont permis de gagner pour certains 8 places, pour d'autres 50". 

Un nouveau règlement des terrasses et des étalages 

Jusqu’à présent, il suffisait aux gérants de bars et restaurants de faire une déclaration auprès de la Mairie pour installer une terrasse éphémère, en s’engageant à respecter une charte de bonne conduite.

Les termes de cet engagement avaient été durcis en septembre 2020, après des plaintes de collectifs de riverains sur l’usage de palettes inesthétiques et non nettoyées relayées sur les réseaux sociaux par le hashtag #saccageparis.

Des riverains et des élus demandaient une réglementation plus stricte.  

La Mairie de Paris va maintenant en ce sens, en mettant en place de nouvelles règles. Il faudra d’abord que les restaurateurs et gérants de bars fassent une demande en ligne pour être autorisés à installer une terrasse éphémère. 

Des précisions quant à l’esthétique des terrasses ont également été données par Olivia Polski, l'adjointe de la Maire de Paris en charge du commerce, à l’AFP : les terrasses doivent rester ouvertes, "les toits, les bâches, les barnums, le bois de palette, la publicité seront interdits", tout comme les installations de chauffage, mais les parasols, et la végétalisation sont autorisés. Les commerçants seront chargés de la propreté des lieux. 

D’autres précisions pourraient être données par le texte qui régit les étalages et les terrasses en général : le RET (règlement des étalages et des terrasses).

Les représentants de l’hôtellerie-restauration, des riverains et des élus municipaux sont en train d’en redéfinir les termes. La version finale du RET sera votée en juillet au Conseil de Paris.

En Chiffres

425 euros

Coût moyen annuel de la location de l'espace public pour une terrasse pérenne, assumé par un restaurateur parisien. 

Combien la future redevance terrasse coûtera-t-elle aux restaurateurs ?

Pour occuper ces espaces sur la voie publique, les gérants de restaurant et bars doivent normalement débourser (pour une terrasse pérenne) un loyer à la Ville de Paris, qui va de 17,50 € à 100 € par m2, soit en moyenne 425 euros par an.

Mais les tarifs sont bien plus élevés si les terrasses empiètent sur des “voies de prestige”, en fonction du barème correspondant à la localisation de la rue. 

Toute la question est de savoir si ces tarifs serviront de base à la Mairie de Paris pour établir les tarifs des terrasses estivales à compter du 1er octobre 2021.