Entre routine commerciale et deuil des familles, le délicat équilibre des pompes funèbres
  1. Accueil
  2. Consommation
  3. Vie quotidienne
  4. Entre routine commerciale et deuil des familles, le délicat équilibre des pompes funèbres

Consommation

Entre routine commerciale et deuil des familles, le délicat équilibre des pompes funèbres

Pierre Garrigues (Texte et illustration)
,
Sélection abonnés

SÉRIE - Les familles endeuillées sont aussi des clients pour les opérateurs funéraires. À ces derniers de trouver le ton juste pour formuler leur offre face à une demande très particulière… ["Marché funèbre", épisode 4/5]

À 20 ans, je ne vous aurais jamais dit : je veux travailler dans les pompes funèbres !”, s’amuse Damien Chiesa. D’abord porteur de cercueil - “ça faisait un complément de salaire”- pendant dix ans pour un opérateur funéraire, il se décide finalement à passer son examen de "conseiller funéraire". Depuis 5 ans, il est patron de sa petite entreprise de pompes funèbres à Delle, non loin de Belfort (Bourgogne-Franche-Comté).

J’entends souvent : tu travailles dans le funéraire, tu dois être le roi du pétrole ! Ben, non. Les belles heures du secteur, elles sont passées il y a 10, 15 ans. Les marges étaient énormes à l’époque…” Avec environ 80 cérémonies par an, il commence seulement à faire du bénéfice.

On est pas les plus à plaindre, tempère Olivier Vérité, délégué général de la Confédération des pompes funèbres et marbrerie (CPFM), qui repésente les opérateurs funéraires, 2020 a été une bonne année. Un chiffre d’affaires de 2,5 milliards d’euros, pour un secteur déjà en pleine croissance (2 % par an, en moyenne) depuis plus de 15 ans".