La vie est belle : quand l’argent est un bien commun

Consommation

La vie est belle : quand l’argent est un bien commun

Chaque mois, Pour l’Éco passe son dossier au crible de la pop culture. Ici, un film culte de 1946 qui montre une société où l’épargne de chacun participe à la prospérité de tous.

« Vous vous trompez sur la nature de cet endroit. Je n’ai pas votre argent dans un coffre. L’argent est dans la maison de Joe, votre voisin. Et dans celle de Mrs Maitland et d’une centaine d’autres. Vous leur prêtez de l’argent pour construire et ils vont vous rembourser. »

Lors d’une panique bancaire, George Bailey (James Stewart) se retrouve sous la pression d’une foule en panique, à devoir faire de la pédagogie au sujet de l’épargne.

Éco-mots

Panique bancaire

Fait de paniquer et d'aller à sa banque.

L’homme a hérité de son père la petite entreprise de prêts immobiliers Bailey Building and Loan et ne veut pas voir le travail d’une vie partir en fumée. Si les épargnants persistent à vouloir retirer leur argent, ce sera la banqueroute.