Pouvoir d’achat : fort désir, faibles marges de manœuvre

Consommation

Pouvoir d’achat : fort désir, faibles marges de manœuvre

Pouvoir acheter davantage est la priorité absolue des Français et les candidats à la présidentielle chercheront à combler ce besoin. Mais gare aux promesses trop généreuses. Les marges de manœuvre sont limitées et la transition écologique sera coûteuse.

PLE38-1-COUV.jpgCet article est extrait de notre magazine consacré au pouvoir d’achat. À retrouver en kiosque et en ligne.

Les sondages se suivent et se ressemblent : le pouvoir d’achat reste la priorité absolue des Français pour la prochaine élection présidentielle. Cette focalisation est unique en Europe : trois fois plus élevée qu’en Allemagne et deux fois plus élevée qu’au Royaume-Uni1.

Est-ce lié au fait que les trois quarts des Français pensent - à tort - que leur niveau de vie s’est dégradé depuis le début de la pandémie, comme le suppose l’institut de sondage Odoxa ?

En tout cas, le Covid-19 n’a aucune raison de plaider coupable. « La crise sanitaire n’a pas entraîné de perte de pouvoir d’achat globale, même si certains y ont perdu, par exemple ceux qui ont créé des entreprises très récemment ou des étudiants vivant de petits boulots », confirme l’économiste Patrick Artus, directeur de la recherche chez Natixis.