Neuro-marketing : quand les marques parlent à votre cerveau

Consommation

Neuro-marketing : quand les marques parlent à votre cerveau

Choix des couleurs, répétition, référence à l’expertise… Les professionnels du marketing font appel à l’inconscient et aux émotions pour vendre davantage.

Il est 8h du matin, les publicités s’enchaînent à la radio. Le nom d’une marque revient en boucle – plus de huit fois dans un spot de 20 secondes. Lassant ? Ne soyez pas surpris. C’est votre cerveau qui est visé. Et ça s’appelle du neuro-marketing. Si les neurosciences étudient la manière dont les individus opèrent des choix en situation d’interaction avec leur environnement, le neuro-marketing se propose d’appliquer cette approche à la conception et à la vente de produits.

Stimuli tous azimuts

Antoine Deswarte, consultant indépendant en sciences cognitives appliquées pour les entreprises, explique : « Le marketing est appliqué par une marque pour séduire un marché et faire davantage de ventes que ses concurrentes. Le neuro-marketing cherche à provoquer une émotion, même inconsciente, chez le consommateur afin d’influencer ses achats. Ce qui stimule l’achat, c’est d’abord le plaisir et la surprise, c’est donc ce que la marque veut susciter via le marketing », poursuit-il. Ce jeu avec les émotions exploite toute une palette d’outils. Il fait d’abord appel à nos sens, notamment l’odorat, grand vecteur des souvenirs et des émotions. Il est par exemple courant qu’un parfum reproduisant l’odeur du pain sortant du four soit diffusé au rayon boulangerie d’un supermarché ou qu’un élixir aux odeurs viriles soit déployé devant un magasin de prêt-à-porter masculin. L’ouïe est aussi sollicitée – pensez à ces bars qui font grimper les décibels passé 21h, ce qui pousserait à boire davantage.