Tesla : de l’effet Veblen au marché de masse
  1. Accueil
  2. Consommation
  3. Marketing
  4. Tesla : de l’effet Veblen au marché de masse

Consommation

Tesla : de l’effet Veblen au marché de masse

Arnaud Murati
,
Sélection abonnés

Le constructeur américain de véhicules électriques s’est imposé dans le monde, au grand drame des marques historiques d’automobiles. Pour y arriver, Tesla a su manier prix, qualité des voitures, marketing et diffusion de l’offre. Le tout, en donnant la sensation à ses clients de jouir d’un bien exceptionnel.

L’essentiel

- La marque automobile a largement bénéficié de l’effet Veblen lors du lancement de ses premiers modèles.

- Cet effet est en apparence paradoxal : la consommation d’un bien augmente en même temps que son prix.

- Aujourd’hui, cet effet s’estompe avec la nouvelle structure de marché de l’automobile électrique, davantage grand public.

_______

Certains paradoxes semblent encore plus incompréhensibles que d’autres. Alors que les patrons de l’industrie automobile ne cessent de clamer que les véhicules électriques sont trop chers et que les classes moyennes n’ont pas les moyens de les acquérir, la société de services spécialisée dans l’automobile Jato a livré une statistique tout à fait intéressante : au premier semestre 2022, en Europe, la voiture électrique la plus vendue a été la Tesla Model Y (44 472 exemplaires) devant la Tesla Model 3 (39 896 unités).

Suivent ensuite aux troisième et quatrième places les Fiat 500 et Peugeot 208 dans leurs versions « zéro émission »… Paradoxe, car la Model Y coûte 49 900€ dans sa définition la plus abordable, tandis que la Model 3 débute à 53 490€. À comparer aux 34 550€ demandés pour une Peugeot 208 électrique !