Voyage en avion : combien coûte un bagage en soute ?

Consommation

Voyage en avion : combien coûte un bagage en soute ?

Les compagnies aériennes low cost parviennent à proposer des billets peu chers en faisant payer en supplément les valises en soute. Un service qui peut leur rapporter gros.

Voyager léger et tout faire rentrer dans une petite valise… Bonne idée pour économiser et éviter de payer un bagage en soute qui peut devenir très cher s’il n’est pas inclus dans le prix du billet d’avion. Le montant de ce service, loin d’être déterminé en fonction des coûts qu’il implique, est envisagé par les compagnies comme une source conséquente de recette additionnelle.

À lire Le lourd bilan climatique du low cost aérien

Précisons que les bagages en soute sont gérés par les aéroports. Le groupe Aéroport de Paris (ADP), propriétaire de Charles de Gaulle et d’Orly, entre autres, fait par exemple payer aux compagnies l’accès aux comptoirs d’enregistrement de bagages (environ 15 000 euros par an, 5,44 euros par heure) ainsi qu’aux bornes d’enregistrement en libre-service.

Pour la gestion des bagages, ADP facture entre 0,57 euro et 3,89 euros par passager en fonction de la destination et de l’aéroport.

En Chiffres

25,2 milliards

C'est en euros le montant des frais de bagages en 2018.

Il y a quelques années, Ryanair adoptait une stratégie très agressive : réduire la dépendance des clients aux infrastructures de l’aéroport en les incitant, sous peine de payer très, très cher, à imprimer leur billet à domicile, à s’enregistrer en autonomie, etc.

La compagnie low cost voulait ainsi réduire ses coûts fixes et supprimer du personnel, selon Jay Sorensen, président d’IdeaWorksCompany, un cabinet de conseil américain. Mais la compagnie « a compris que ce modèle n’allait pas marcher », elle a aussi été « très critiquée par les consommateurs » avant d’abandonner l’idée.

Selon les compagnies et les destinations, le prix payé par le passager pour un bagage en soute peut varier de 1 à 12. Selon le comparateur de vols Kayak, en 2018, le bagage « supplémentaire excède rarement les 50 euros », mais peut coûter de 10 euros à 120 euros.

Même Air France

« Dans les années 1990, le low cost s’est répandu et dans ce modèle, tout service additionnel est payant », explique Jay Sorensen. Les bagages en soute ont donc été intégrés dans ce modèle, tout comme la fourniture de repas ou de couverture. « Les modèles low cost et premium ont coexisté pendant un temps, mais finalement, c’est le prix qui gagne », ajoute l’expert, qui a longtemps travaillé dans une compagnie aérienne.

Les compagnies traditionnelles ont donc commencé à ne plus inclure systématiquement une panoplie de services dans leurs billets. À l’instar d’Air France, qui propose depuis peu des billets sans bagages. « Cela nous permet d’être plus compétitifs et plus agressifs sur les tarifs proposés pour un week-end à Rome, par exemple », explique un porte-parole de la compagnie.

En général, « les compagnies préfèrent avoir des bagages en soute, car cela génère du chiffre d’affaires. »
Jay Sorensen,

président d’IdeaWorksCompany.

Loin d’être négligeable d’ailleurs : 25,2 milliards d’euros en 2018, selon une estimation de IdeaWorksCompany et de la plateforme CarTrawler.

Les frais liés aux bagages représentaient cette année-là 3,2 % du chiffre d’affaires total des compagnies, contre 1,8 % en 2014. Les bagages sont donc une opportunité pour les transporteurs de réaliser de belles marges.

Les compagnies aériennes touchent beaucoup d'argent avec les bagages en soute

À noter qu’en ce moment, malgré la pandémie, les soutes des avions sont loin d’être vides. « Comme nous avons moins de passagers, nous les remplissons plus que d’habitude avec diverses marchandises, précise le porte-parole d’Air France. C’est ce qui nous rapporte de l’argent en ce moment. »