Grand écart #8 Mixité sociale : qui intègre les grandes écoles ?

En pratique

Grand écart #8 Mixité sociale : qui intègre les grandes écoles ?

ENQUÊTE VIDEO - Le collège, dernier instant de diversité ? Chaque mois, dans le Grand écart, décortiquez les différences en un graph pour penser les bonnes solutions. Dans ce huitième épisode, Julie Desrousseaux retrace le parcours scolaire jusqu'aux concours d'entrée aux grandes écoles, selon l'appartenance sociale.

L'école est obligatoire jusqu'à 16 ans. Au-delà, seuls les meilleurs élèves poursuivent le parcours scolaire. Au lycée et dans l'enseignement supérieur, les enfants d'ouvriers sont déjà moins représentés. Et dans les écoles les plus prestigieuses... leur absence est criante. Pourquoi n'atteignent-ils pas les bancs d'HEC, Polytechnique ou Sciences Po ?  

Lire aussi > ENA, Sciences Po, prépa : toujours aussi peu de diversité

L'accès aux grandes écoles crystallisent les inégalités au sein de l'éducation nationale. Seuls 13% des bac+1 s'orientent vers la prépa ou les grandes écoles post-bac et un quart des étudiants en bac+3 vont à l'ENA, Normale Cachan, l'Ecole des Mines, etc.

Une minorité d'étudiants... qui prendra la majorité des décisions de demain.  Et les différentes politiques publiques appliquées depuis 20 ans n'y changent rien. A quel moment du parcours scolaire se situent les obstacles ? Notre data-journaliste dessine les raisons de ces injustices à chaque étape du parcours scolaire.

VIDEO - Où est la diversité ? Pas à l'école !

Pour aller plus loin

- Quelle démocratisation des grandes écolesdepuis le milieu des années 2000 ?
Cécile Bonneau & Julien Frenet, Institut des Politiques Publiques, 2021.