INTERACTIF - Dans l'Yonne, le Cher, le Val d'Oise, la Seine-et-Marne et la Lozère, les habitants peinent plus qu'ailleurs à se faire soigner par un médecin généraliste. Qu'en est-il de votre commune ?   

Depuis 2010, le nombre de médecins généralistes libéraux diminue chaque année. En parallèle de cette diminution, on constate une concentration de plus en plus grande des médecins dans certains territoires, aux détriments des autres.

Et cela ne va pas aller en s’arrangeant : démographie vieillissante des médecins, aspirations des jeunes générations, diminution probable des effectifs libéraux dans les prochaines années, nombreux sont les signes qui font craindre un accroissement des inégalités territoriales d’accès aux soins au cours des prochaines années.

Dans ce contexte de dégradation d’accès spatial aux soins, l’Etat a décidé de mettre en place un indicateur statistiques pour identifier les déserts médicaux. Cet indicateur s’appelle l’APL : non pas comme Aide Personnalisée au Logement, mais comme Accessibilité Potentielle Localisée. 

Qu’est-ce que l’Accessibilité Potentielle Localisée ?

L’APL a été développé par la Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (DREES) et l’Institut de Recherche et Documentation en Economie de la Santé (IRDES). Cet indicateur mesure l’adéquation spatiale entre l’offre et la demande de soins de premier recours. Autrement dit, l’APL permet d’évaluer, pour chaque commune et pour une année précise, le niveau d’accès aux médecins généralistes de ses habitants. Il mobilise pour cela les données de l’assurance-maladie (SNIIR-AM) ainsi que les données de population de l’Insee.

L’APL sert de base à la prise de décision dans le cadre des politiques publiques. Les modalités de calcul de cet indicateur sont donc cruciales. 

Comment se calcule l’Accessibilité Potentielle Localisée ?

L’APL est le résultat d’une équation qui reflète de manière quantifiée le rapport entre l’offre et la demande de soins. Ce résultat peut être interprété comme le nombre moyen de consultations accessibles par an et par habitant de chaque commune.

Accessibilité Potentielle Localisée =  Offre de soins / Demande de soins

L’offre est déterminée à partir du nombre de consultations réalisées par chaque médecin généraliste situé dans ou à proximité de la commune. Un coefficient de décroissance est appliqué sur ce nombre de consultations en fonction du temps de trajet pour aller chez ce médecin.

La demande, quant à elle, est estimée à partir du nombre d’habitants de la commune. Une pondération est appliquée en fonction de l’âge des habitants : en générale, plus une personne est âgée, plus elle a besoin d’aller consulter.

Notre exemple fictif : Doctoville

Pleco-26_Spallian_APL_web_doctoville.png

Pour illustrer le calcul de l’APL, imaginons une commune, que nous appellerons Doctoville. 

A Doctoville, il y a un seul et unique médecin généraliste. Ce dernier a réalisé 4000 consultations en 2019. Dans la ville voisine, située à 13 minutes en voiture de Doctoville, il y a un autre médecin, qui a également réalisé 4000 consultations en 2019. Entre 10 et 15 minutes de trajet, le coefficient de décroissance est de 2/3. L’offre en soin de Doctoville en 2019 est donc de 4000 + (4000 x 2/3) = 6 666 consultations.

Doctoville, est une petite commune, qui compte 3000 habitants. Parmi ces habitants, 2000 ont entre 25 et 39 ans; les 1000 autres ont entre 70 et 74 ans. 

Pour ces deux tranches d’âges, les pondérations sont les suivantes :

aplponderationage.png

La demande de Doctoville en 2019 est de : (2000 x 0,72) + (1000 x 1, 18) = 2 620

Ainsi, l’APL aux médecins généralistes de Doctoville en 2019 est de 6666 / 2 620 = 2,5.  Ce chiffre doit être interprété de la manière suivante : Compte tenu de la structure par âge de la population, les habitants de Doctoville ont accès en moyenne à 2,5 consultations ou visites de médecine générale par an et par habitant, en 2019.

Sur la base d’une méthodologie tout à fait similaire, l’APL a été également calculée pour les autres professions de santé de premier recours : infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, chirurgiens-dentistes, gynécologues, ophtalmologues, pédiatres, psychiatres, sages-femmes. Seules les données relatives aux médecins généralistes sont accessibles en open data à ce jour.

L’APL aux médecins généralistes en France, en 2018

Chaque année, la DREES publie l’APL aux médecins généralistes de l’ensemble des communes de France.

Sur la base de ces données brutes, que nous avons également croisé avec des données de l’INSEE, nous avons réalisé 3 visualisations interactives qui vous permettent d’appréhender l’accès au soin en France, au niveau national, départemental et communal.

Quelle situation dans votre département ?