Les Français dépensent en moyenne 116 euros en livres chaque année. Ce marché important possède une particularité : le prix unique.

Au pays de Victor Hugo et de Virginie Despentes, le marché de l’édition est incontournable, avec 47 500 nouveaux livres chaque année et 430 millions d’exemplaires écoulés en 2017, selon les chiffres du syndicat de l’édition. Sur la même année, 28 millions de Français avaient acheté au moins un livre, détaille l’Institut GfK.

Dans un contexte de révolution numérique et de modification des usages, le papier oppose une étonnante résistance : seul un lecteur sur cinq a déjà lu un ouvrage sur écran. Et l’e-book ne représente que 2 % à 3 % des trois milliards d’euros de revenus du secteur.

repartition_prix_livre

Un prix (presque) unique

La plus grande particularité du marché du livre est son prix unique, instauré par une loi de 1981. Alors qu’un boulanger fixe tout seul le tarif de sa baguette, le libraire, lui, ne peut pas décider librement du prix de vente du livre. Le montant du roman, du dictionnaire ou de la bande dessinée est déterminé par la maison d’édition, quel que soit le lieu de vente de l’ouvrage (grande surface, librairie, Internet y compris Amazon…).