Pour l'EcoVersion beta
s'abonner
  1. Accueil
  2. En vrai
  3. La fabrique de l'éco
  4. Ça coûte combien, un vol Paris-New York ?

Ça coûte combien, un vol Paris-New York ?

Clément Rouget

Le vol transatlantique, qui va fêter ses 90 ans, permet d’explorer les mutations du transport aérien, aujourd'hui mis sous pression par le défi climatique.

Acheter un billet d’avion, c’est comme participer à une loterie géante où chaque passager aura obtenu son billet à un tarif différent. Plus d’une centaine de facteurs peuvent en faire varier le prix : âge, classe, date de réservation, nombre de réservations déjà effectuées, date du vol, options de bagages et de repas… mais aussi l’heure ou le jour de la réservation (moins cher la nuit et le matin que le soir) ou même la météo prévue à destination le jour du vol. Une chose est sûre : plus on réserve tard, plus c’est cher.

Source : Billetterie en ligne d'Air France.

 

L’envol du « yield management »

Une compagnie aérienne qui ferme les portes d’un avion avec des sièges vides perd de l’argent. Le « yield (rendement) management » est un système de gestion des prix qui vise au remplissage maximal. On le retrouve aussi dans l’hôtellerie, un secteur qui est soumis à la même problématique. Tarification en temps réel, ce système a explosé aux États-Unis dans les années 1980, suite à la dérégulation du trafic aérien.

Parus-New York billet d'avion

Quand la planète tousse

Le coût environnemental d’un vol transatlantique est d’une tonne de CO2 par passager en classe économique, soit environ un an de chauffage au gaz dans un appartement. Le trafic aérien mondial produit 2 à 3 % des émissions de gaz à effet de serre, soit autant qu’un pays comme l’Allemagne. Dans un rapport sur le carbone et les inégalités, l’économiste Thomas Piketty recommande « la taxation de tous les billets de première classe à hauteur de 180 € et de tous les billets de classe économique à hauteur de 20 € ». Cela permettrait de générer 150 milliards d’euros à utiliser pour contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

2 à 3%

Soit la part des émissions mondiales de gaz à effet de serre imputables au trafic aérien

Le kérosène à la niche

Le carburant utilisé dans les avions est exempté de taxes. Une vieille niche fiscale internationale née aux États-Unis en… 1944. Le manque à gagner pour le budget français est estimé à 2,8 milliards d’euros par an selon le ministère de l’Environnement. De nombreuses associations environnementales appellent à la fin de cette exonération.