Comment nettoyer sa maison sans nuire à la planète

En pratique

Comment nettoyer sa maison sans nuire à la planète

Il suffit de quelques produits simples, naturels et peu coûteux pour nettoyer sa maison sans nuire à l’environnement ni à sa santé.

Lorsque l’on interroge les Français sur les principales sources de pollution à l’intérieur de leur domicile, ils sont 62 % à citer les produits d’entretien, devant les diffuseurs de parfum, les désodorisants (51 %) et les matériaux de construction et de décoration (41 %)1.

Il y a donc une réelle inquiétude quant à l’impact de ces produits sur la santé et l’environnement. De fait, certains d’entre eux sont nocifs, voire dangereux, comme l’indiquent les pictogrammes rouges au dos des emballages.

Faire le ménage avec de tels produits peut libérer dans l’eau et l’environnement des micropolluants, potentiellement toxiques pour la faune et la flore des milieux aquatiques, explique l’Agence de la transition écologique (Ademe) dans son guide pratique « Moins de produits toxiques ».

L’Ademe conseille donc de privilégier des solutions moins polluantes telles que les produits dotés d’un label environnemental (Ecolabel, Nature et progrès, Ecocert…) ou de fabriquer ses propres produits ménagers. Une étude menée en 2019 a montré que « globalement, les produits “faits maison” émettent des quantités plus faibles de composés volatils que les produits manufacturés »2.

Gare aux mélanges

Voilà des années que Charlotte Didier, co-autrice d’Idécologie, le répertoire des idées chouettes pour la planète (Marabout, 2020), a adopté cet éco-geste. « Ce sont des produits qui ne laissent pas de résidus dangereux pour l’environnement ou la santé et ils sont efficaces. Il y a tout à y gagner ! », assure-t-elle.

Avec seulement trois ingrédients phares – vinaigre blanc, savon noir et citron – elle couvre tous ses besoins ménagers. « Je vis dans une région très calcaire donc la vitre de ma douche est vite salie. Il me suffit de frotter un demi-citron dessus pour la nettoyer. C’est très efficace », assure-t-elle.

Quant au vinaigre blanc, bien connu de nos grands-mères, « il remplace presque tout : je l’utilise par exemple dilué dans de l’eau chaude pour nettoyer les sols ou en spray, avec des écorces d’orange qui auront macéré dedans au préalable, pour obtenir un nettoyant universel », indique Charlotte Didier.

C’est aussi un excellent détartrant et il peut remplacer l’assouplissant. « Cependant, ce produit étant acide, ne le versez pas en grande quantité dans vos toilettes ou éviers et ne le mélangez jamais avec de l’eau de Javel », prévient l’Ademe dans son guide.

Certaines « recettes » intègrent des huiles essentielles, par exemple pour masquer l’odeur du vinaigre ; il convient toutefois d’en limiter la quantité « au strict nécessaire », préconise l’Ademe.

En vrac et en quantité

Un autre avantage des produits d’entretien faits maison est qu’ils sont « beaucoup plus économiques que ceux du commerce, assure Charlotte Didier. J’achète du savon noir en vrac et du vinaigre blanc en gros bidon pour une poignée d’euros et cela me dure six mois, un an », témoigne-t-elle. Ils sont donc meilleurs pour la planète… et pour le porte-monnaie !

Sources

1. Baromètre sur les Français et l’environnement, enquête annuelle 2019, Ademe/OpinionWay

2. "Impact des produits d’entretien sur la qualité de l’air intérieur", M. Nicolas, G. Karr, E. Real et F. Maupetit, avril 2019, Ademe