Congé paternité obligatoire, un outil pour mettre les parents à égalité

En pratique

Congé paternité obligatoire, un outil pour mettre les parents à égalité

Obligatoire, c’est un outil efficace pour une prise en charge équilibrée des enfants et une moindre discrimination à l’égard des femmes… sous certaines conditions. 

Quand la petite Maxima Zuckerberg est née, il y a cinq ans, son père Mark a annoncé sur Facebook qu’il allait prendre un congé paternité… de deux mois. Un geste politique fort dans un pays – les États-Unis – qui ne propose pas de congé aux parents, ni au père ni à la mère.

En France, aucun grand patron n’a jamais fait publiquement valoir ses droits au congé de paternité de 11 jours, qui existe depuis 2002 et s’ajoute aux trois jours du congé de naissance créé en 1946.

Selon un rapport de l’IGAS de 2018, 7 pères sur 10 prennent ce congé paternité, un chiffre qui ne progresse plus depuis plusieurs années. Pourtant, deux semaines loin du travail, cela semble bien peu si on les compare aux 12 semaines du congé paternité espagnol ou aux neuf semaines accordées aux pères finlandais.