Crowdfunding, la petite finance qui monte, qui monte

En pratique

Crowdfunding, la petite finance qui monte, qui monte

Crowdfunding : La petite finance qui monte, qui monte

La collecte sur les plateformes françaises de financement participatif explose : elle est passée de 36 millions d’euros en 2013 à 336 millions d’euros en 2017.

Souvenez-vous : en 2008, le chanteur Grégoire cartonne avec son album Toi + Moi, produit par le label My Major Company. Il a été financé par les internautes qui ont misé une certaine somme pour participer à la production de l’album en échange d’une participation aux résultats. Cette première opération de crowdfunding médiatisée en France a posé les jalons d’un mode de financement aujourd’hui incontournable pour les particuliers, les associations et les entreprises. En 2014, un décret réglemente les pratiques et attribue des statuts spécifiques aux différents acteurs, donnant ainsi le coup d’envoi d’un développement industriel du métier.

Comment ça marche ?

Le principe du crowdfunding est de collecter une multitude de petites sommes pour financer des projets plus ou moins importants dans des domaines très variés. Chaque contributeur propose le montant de son choix en fonction de ses capacités d’épargne. Les projets financés sont de toute nature : projet associatif, culturel, projets personnels et professionnels. Voici le déroulement de l’opération : le porteur de projet ouvre un compte sur une plateforme et décrit avec précision son projet, son mode de financement et le montant désiré ; le contributeur ouvre un compte sur la plateforme et choisit le montant qu’il souhaite allouer au projet qu’il a choisi. C’est ultra-simple.