Le débat sur la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers rappelle la particularité du système français par rapport au modèle américain. Revue de détail.

Mettre face à face l’enseignement supérieur en France et aux États-Unis, c’est « comparer l’incomparable ». Tel est le titre d’une étude réalisée, en 2016, par Michel Mudry, fondateur du cabinet de conseil Ither Consult, pour Campus France, l’organisme de promotion de la formation tricolore à l’étranger.

Fonctionnement des universités, conception de l’éducation, place des entreprises diffèrent de part et d’autre de l’océan Atlantique. Le constat est identique sur le financement. Il est assuré à 78 % par des fonds publics en France contre 34 % aux États-Unis, selon les chiffres de l’OCDE. « C’est le contribuable qui paie en France. Aux États-Unis, c’est l’usager », résume Michel Mudry.

repartition_financement_public_prive_universite

Un droit ou un service