1. Accueil
  2. En vrai
  3. La fabrique de l'éco
  4. Le patron de Qwant Eric Léandri défend un "fair-play fiscal" face aux Gafa

Le patron de Qwant Eric Léandri défend un "fair-play fiscal" face aux Gafa

Par Clément Rouget

[VIDÉO]. Pour contrer l'hégémonie des géants de l'Internet que sont Google, Apple, Facebook et Amazon (les fameux Gafa), le fondateur du moteur de recherche européen appelle à la mise en place d'un "fair-play fiscal". Au-delà des enjeux économiques et du respect de la libre concurrence, Eric Léandri voit dans sa croisade envers ces entreprises un modèle de société à défendre, dans lequel l'impôt permettra de répondre aux besoins de chacun, dans l'intérêt du bien commun. 

"Que fait-on si plus personne ne paye d'impôts ?" Eric Léandri, patron de Qwant.

Dans un entretien vidéo accordé à Pour Éco, Eric Léandri, fondateur du moteur de recherche européen Qwant, considère les taxes comme un des leviers majeurs pour affronter les grands enjeux du siècle : éducation, changement climatique, santé, respect de la vie privée, etc. A ce titre, il fustige les entreprises qui ne respectent pas les règles fiscales et “utilisent les ressources d’un pays sans avoir à y contribuer”.

Alors que la fiscalité est parfois au au cœur du débat sur la compétitivité entre les acteurs privés, le patron de Qwant estime que ce non-respect des règles engendre une “distorsion de concurrence”.

lle permettrait aux entreprises comme Google, Apple, Facebook et Amazon (les fameux Gafa) de proposer aux salariés les plus qualifiés des rémunérations au-delà du prix du marché, des montants sur lesquels quasiment aucune société européenne n’est en mesure de s’aligner. Selon le dirigeant, ces procédés d’optimisation fiscale, bien que légaux, offriraient aussi à ces géants d’Internet une surface financière considérable pour acheter des jeunes entreprises innovantes et ainsi renforcer leur position.

Au regard de ces enjeux sociétaux et économiques, Eric Léandri appelle à un “fair-play financier”. Il met toutefois en garde contre un risque d’effet pervers qu’engendrerait la "Taxe Gafa", actuellement défendue par la France. Calculée sur le chiffre d’affaires, elle “pourrait pénaliser les entreprises européennes qui payent déjà l’intégralité de leurs impôts", souligne-t-il.

Découvrez ci-dessus le premier épisode de nos grands entretiens afin de comprendre comment se fabrique l'économie.