La Russie, de pays importateur à superpuissance mondiale exportatrice du blé

En pratique

La Russie, de pays importateur à superpuissance mondiale exportatrice du blé

Le pays importait massivement des céréales depuis l’Union européenne du temps de l’URSS. Il est devenu, en très peu de temps, le premier exportateur de blé au monde et un leader en termes de production.

Avec une récolte de blé estimée à près de 78 millions1 de tonnes pour 2020-2021, la Russie continue de battre des records. Il y a quelques années, la situation était bien différente.

Le secteur agricole a été dévasté progressivement par les méthodes agricoles soviétiques (1917-1991), « elles ont eu un impact profond sur les capacités de production », explique Matthieu Brun, chercheur en sciences politiques à Bordeaux et membre du groupe de réflexion Demeter.

Voilà pourquoi, durant les premières décennies post-URSS (1990-2000), la production est encore assez faible tandis qu’une crise financière conduit à l’effondrement du rouble. Pour nourrir sa population, la Russie est contrainte d’importer massivement des céréales, de la viande ou du lait en provenance de l’Union européenne.