1. Accueil
  2. En vrai
  3. La fabrique de l'éco
  4. Mercato, le drôle de marché des transferts du foot

Mercato, le drôle de marché des transferts du foot

Émilie Lévêque

Le marché des transferts vient de s'ouvrir pour les clubs de foot français et européens pour presque trois mois jusqu'à début septembre. Un marché spécifique où la rencontre de l'offre et de la demande aboutit à des montants de plus en plus élevés.

Le « mercato », c’est la période à laquelle les joueurs de foot sont autorisés à être transférés d’un club à un autre. Il existe deux périodes  : une estivale, de début juin à début septembre, et une hivernale, au mois de janvier. Jusqu’à la fin des années soixante, les joueurs étaient liés à vie à leur club et transférables uniquement selon le bon vouloir des dirigeants qui s’arrangaient pour tirer les salaires vers le bas. Dans les années soixante-dix, après une rude bataille syndicale, les joueurs ont obtenu des contrats limités dans le temps. Le mécanisme des transferts a été profondément modifié par l’arrêt Bosman, une décision de la Cour de justice européenne du 15 décembre 1995, qui a aboli les quotas de nationalités au sein de l’UE. Les clubs pouvant désormais engager autant de joueurs européens qu’ils le souhaitent, ce qui a entraîné immédiatement une augmentation des transferts.

Des prix fixés selon l’offre et la demande

De cette période, on ne retient généralement que de grosses signatures à des prix faramineux. Mais le processus économique est plus complexe. Lors de la vente d’un joueur, ce dernier a un prix minimum, un prix plancher, correspondant à la valeur totale de son contrat  : s’il gagne 3 millions d’euros par an et qu’il lui reste deux ans de contrat, son prix minimum sera fixé à 6 millions d’euros. Le club acheteur aura pour première obligation de « racheter son contrat ».

foot

Ensuite, après avoir passé cette étape dans les négociations, le club demandeur fait une ou plusieurs propositions et le club propriétaire du joueur peut la refuser ou l’accepter. « Le mercato, comme son nom l’indique en italien, est un marché où les prix sont fixés par l’offre et la demande », explique Pierre Rondeau, professeur à la Sports Management School.

La valeur n’est pas que sportive

Le prix auquel le club demandeur achète le joueur, lié à sa future valeur d’échange, dépend de nombreuses variables extra-sportives atteignant 49 % d’après différentes études  : sa beauté, son irrégularité, sa notoriété sur les réseaux sociaux, sa vie personnelle… plus un joueur est médiatisé, plus sa valeur augmente car cela va bénéficier, – a posteriori – au club via les gains de fans et de consommateurs potentiels.

Les performances sportives déterminent donc 51 % de la valeur d’un joueur. Parmi les critères décisifs  : son poste (un attaquant sera toujours mieux payé et vaudra toujours plus cher qu’un gardien par exemple), son âge (les clubs prêteront toujours des jeunes joueurs, à fort potentiel, plutôt que des trentenaires passés), sa nationalité (un joueur hors Union européenne prendra une place extra-communautaire et les clubs français sont contraints d’en avoir quatre au maximum).

Vous avez dit fair-play financier ?

Depuis 2010, le mercato européen est soumis à la règle du fair-play financier. Les clubs ne doivent pas dépenser plus d’argent qu’ils n’en gagnent, avec un passe-droit de 30 millions d’euros sur trois ans.

En cas de non-respect du principe de fair-play financier, l’UEFA peut adresser des sanctions au club, qui vont du simple blâme jusqu’à l’exclusion pure et simple des compétitions européennes en passant par l’interdiction de recruter de nouveaux joueurs pour participer aux compétitions européennes. Ainsi, l’Olympique de Marseille a été sanctionné cette année d’une amende  de 100 000 euros pour avoir dépassé le seuil de déficit imposé par l’UEFA. Le PSG, malgré ses dépenses record pour Neymar et Mbappé en 2017, a été blanchi. Pour rester dans les clous,  le club parisien devait trouver entre 40 et 60 millions d’euros. « Plutôt que de dépenser moins, la règle du fair-play financier a incité les clubs à multiplier les contrats marketing, publicitaires et de sponsoring pour augmenter leurs recettes », explique Pierre Rondeau.

Le Top 10 des joueurs les plus chers

  1. Neymar : FC Barcelone > Paris Saint-Germain : 222 millions d’euros
  2. Kylian Mbappé : AS Monaco > Paris Saint-Germain : 80 millions d’euros
  3. Philippe Coutinho : Liverpool >  FC Barcelone : 160 millions d’euros
  4. Ousmane Dembélé : Dortmund > FC Barcelone : 145 millions d’euros
  5. Paul Pogba : Juventus > Manchester United : 120 millions d’euros
  6. Gareth Bale : Tottenham > Real Madrid : 100 millions d’euros
  7. Eden Hazard : Chelsea > Real Madrid : 100 millions d'euros
  8. Cristiano Ronaldo : Real Madrid > Juventus : 100 millions d'euros
  9. Cristiano Ronaldo : Manchester United > Real Madrid  : 94 millions d’euros
  10. Gonzalo Higuain : Naples > Juventus  : 90 millions d’euros