Mon maire a-t-il encore des pouvoirs économiques ?

En pratique

Mon maire a-t-il encore des pouvoirs économiques ?

Réforme après réforme, le pouvoir des communes s'amenuise au profit des métropoles et des intercommunalités. Pourtant, les défis pour continuer à faire vivre le terroir français sont grands. Entre lobbying et actions sur le terrain, deux maires témoignent de leur combat pour une meilleure cohésion au sein de leur territoire.

Depuis que le prix de notre eau a explosé, je ne me lave plus et ne bois plus de pastis !” Philippe Machetel, le maire de Saint-Guilhem-le-Désert a beau ironiser, il est décontenancé.  Depuis 2015, la gestion de cette ressource vitale n’est plus du ressort des municipalités, mais de l’intercommunalité, l’échelon supérieur regroupant plusieurs communes. Un transfert de compétence imposé par l’application de la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe). Ce nouvel épisode de concentration des pouvoirs a conduit, ici, à multiplier le prix de l’eau par 2,7 pour ces 265 habitants.

cascade Saint Guilhem le désert

Pourtant, jusqu’en 2018, les résidents exploitaient une source à proximité. Des eaux souterraines jaillissent à la surface, formant le Verdus, une petite rivière traversant la commune. Utilisée pour son rôle naturel premier - hydrater la faune et la flore avoisinantes - elle a permis, après assainissement, d’abreuver la population. Et ce, sans forage et donc à moindre coût. Mais la loi NOTRe a réorganisé le circuit de l’eau pour toute la communauté de communes.