Et si l’entreprise n’avait pas seulement pour objectif de « faire du business », de générer du profit dans l’intérêt de ses actionnaires ? Si elle cherchait aussi, à sa manière, à transformer le monde, à agir sur son environnement économique, social, environnemental… Certaines entreprises pionnières ont déjà choisi cette voie.

Danone, premier échec de la Loi Pacte ? 

14% de marges opérationnelles réalisés en 2020, trop peu selon la gouvernance. Cette petite performance aura valu au PDG Emmanuel Faber son éviction. C'est la décision de deux actionnaires américains qui regardaient avec inquiétude les résultats du principal concurrent : Nestlé, 17,7% de marges opérationnelles. 

La différence entre ces deux géants de l'agroalimentaire ? Leur mission. Depuis la loi Pacte, Danone s'était engagé à "apporter la santé par l’alimentation au plus grand nombre" quitte à réaliser moins de profits. L'entreprise promouvait par exemple l'allaitement maternel alors que le lait infantile représente l'un de ses principaux marchés. 

La destitution du PDG, déjà rétrogradé au rang de Directeur général, marque un coup dur pour la responsabilité sociale des entreprises et l'avenir d'un capitalisme plus durable.

Lire aussi > Danone, entre résultats décevants et promesses de vertu

Lire aussi > Quand les marques se piquent d’éthique