Une étude récente montre que les rémunérations des dirigeants ont souvent plus à voir avec la chance qu’avec la performance.

En 2019, la rémunération moyenne des PDG des 500 plus grandes sociétés cotées aux États-Unis s’élevait à 14 millions de dollars par an. Soit une augmentation d’environ 50 % depuis 2009 alors que le salaire moyen n’a augmenté que d’un peu plus de 9 %.

En France, sur la même période, le salaire moyen dans les entreprises du CAC 40 s’accroissait de 20 %… et la rémunération des PDG de ces entreprises augmentait, elle, de 60 % !

Ces tendances, que l’on retrouve dans de nombreux autres pays, alimentent une question récurrente : les PDG méritent-ils vraiment de tels salaires ?

L’approche économique traditionnelle voit la rémunération d’un PDG comme un outil pour l’inciter à accroître la valeur de l’entreprise et donc la richesse des actionnaires.