Pour l'EcoVersion beta
s'abonner
  1. Accueil
  2. En vrai
  3. Le futur aujourd'hui
  4. Le revenu universel, progrès social ou utopie ? La Finlande a testé

Le revenu universel, progrès social ou utopie ? La Finlande a testé

Angélique Vallez

Relancée lors de la campagne présidentielle de 2017 et testée dans plusieurs pays, l’idée d’un revenu de base inconditionnel, pour lutter contre les inégalités, continue de faire débat.

Ce mois-ci, cinq Français vont recevoir un chèque de 1 000 € qu’ils pourront dépenser comme bon leur semble. Cinq « éclaireurs », tirés au sort parmi des milliers de candidats, qui vont toucher cette somme pendant 12 mois. Lancée fin 2017 et financée par une collecte de fonds, cette micro-expérimentation est menée par l’association Mon revenu de base. « Notre objectif est de sensibiliser au concept du revenu universel et d’encourager des expérimentations à plus grande échelle », résume Julien Bayou, président de cette association, copié-collé du concept allemand « Mein Grundeinkommen » (« Mon revenu universel »), initié en 2012.  S’il est biaisé par le faible nombre de bénéficiaires, ce projet met en lumière une idée, vieille de plusieurs siècles, remise au cœur du débat public par Benoît Hamon, lors des présidentielles de 2017. Depuis, 13 départements français demandent à pouvoir expérimenter une forme de revenu universel sur leur territoire, dans le cadre du projet de loi de finances 2019. La Gironde a même mis en place un simulateur sur internet pour que chacun puisse chiffrer le projet, en fonction de différents paramètres (montant versé, cible, solutions de financement...).

Des expérimentations dans plusieurs pays

Mais au-delà des moyens financiers et fiscaux nécessaires, le sujet divise. Alors que les partisans du revenu universel évoquent une innovation sociale, capable de lutter contre la précarité, ou de sécuriser les parcours de vie, ses détracteurs le considèrent comme une forme d’assistanat, une incitation à l’oisiveté, résumée dans le concept du « surfeur de Malibu » qui passerait ses journées à la plage sans rien apporter à la société.

Pour y voir plus clair, il semble intéressant de se pencher sur les expérimentations déjà menées dans le monde. Et elles sont nombreuses : parfois dans des pays pauvres, pour améliorer les conditions de vie (Kenya, Inde), parfois dans des pays riches pour partager les rentes pétrolières (Iran, Alaska).

Mais l’expérience qui semble la plus comparable aux projets imaginés pour la France, c’est-à-dire une refonte de la protection sociale, reste celle lancée en janvier 2017 en Finlande, où 2 000 demandeurs d’emploi, âgés de 25 à 58 ans, avaient été tirés au sort pour percevoir 560 euros par mois, pendant deux ans, en remplacement de leur allocation chômage. Très médiatisée, l’expérience ne sera finalement ni analysée ni poursuivie. Son objectif de favoriser le retour à l’emploi n’a pas été atteint et le gouvernement a annoncé sa volonté de recourir à d’autres mécanismes pour réduire le chômage. En mai 2017, alors que le test était encore en cours, l’OCDE avait publié une synthèse sur le sujet, indiquant : « Un transfert public universel, accordé de manière inconditionnelle et individuelle exigerait un alourdissement de la fiscalité et des réductions des prestations existantes, sans être nécessairement un outil efficace pour réduire la pauvreté. » Pour l’instant, ni les surfeurs de Malibu ni ceux de Biarritz n’ont commenté.

En chiffres 

13

C'est le nombre de départements français qui veulent expérimenter une forme de revenu universel sur leur territoire.

Éco-mots

Revenu de base inconditionnel (RBI)

Concept de montant mensuel garanti, versé de façon individuelle et sans conditions.

Eco-concept

Le surfeur de Malibu 

Popularisé par John Rawls, en 1986, cette image du surfeur permet aux détracteurs du revenu de base de présenter une figure oisive.