Pour l’agriculteur de demain, la « Tech » est dans le pré

En pratique

Pour l’agriculteur de demain, la « Tech » est dans le pré

Plus ingénieur que paysan, l’agriculteur du futur sera ultra-connecté pour piloter au mieux son exploitation.

L’agriculteur de demain sera-t-il un ingénieur qui téléguidera ses cultures ou son bétail depuis un endroit qui ressemblerait à une cabine de pilotage ? Pas impossible, au vu des nombreuses technologies qui émergent pour aller vers toujours plus de productivité et d’efficacité. Deux impératifs quand on sait que l’alimentation sera un enjeu crucial : en 2050, il faudra nourrir neuf milliards d’êtres humains alors qu’aujourd’hui, sur les sept milliards d’hommes et de femmes qu’abrite notre planète, un sur sept ne mange pas à sa faim.
 

Les grands défis de notre avenir

C’est dire l’ampleur du défi qui attend les fermiers et éleveurs du monde entier, mais aussi les chercheurs et les ingénieurs qui contribuent à améliorer les rendements, éloigner les maladies ou, mieux, anticiper les crises climatiques. Les agriculteurs sont prêts à ce virage technologique. Déjà convertis à 80 % à l’usage d’Internet, ils utilisent de plus en plus d’applications connectées pour suivre la météo, les cours des matières premières, connaître l’état de leurs cultures ou de leur cheptel. D’ailleurs, l’Agtech, qui réunit les start-up françaises spécialisées dans les applis et services pour les agriculteurs, est en plein essor ! Petite revue des outils technologiques que l’on croisera dans les fermes d’élevage ou les champs de demain.