Ce spécialiste de la gestion des déchets veut réduire les pollutions via une réutilisation des matériaux usagés. Un métier fortement lié à l’essor de l’économie sociale et solidaire.

Les déchets sont devenus sexy ! « Avant, la gestion des déchets était considérée comme un sujet un peu rébarbatif. Maintenant, nous voyons arriver des étudiants avec une vraie envie de s’impliquer dans ce domaine. Beaucoup nous ont dit avoir pris conscience des enjeux après avoir vu le film Demain », raconte Mathieu Durand, responsable du master Déchets et Économie Circulaire à l’université du Mans. En effet, le célèbre documentaire de Cyril Dion et Mélanie Laurent fait la part belle aux déchets avec un reportage à San Francisco, ville américaine qui vise le « zéro déchet » en 2020.

La deuxième vie du déchet

L’étude des déchets, de leur formation, de leur traitement et de leur élimination s’appelle la rudologie. Le terme vient du latin rudus, qui signifie gravats, décombres. Ceux qui l’exercent sont des rudologues. Depuis son invention, dans les années 1980, par le géographe français Jean Gouhier, cette discipline a évolué, notamment avec l’arrivée, au début des années 2000, du concept d’économie circulaire. Les rudologues s’occupent donc aussi de valoriser les déchets, à l’image de Christophe Deboffe, fondateur de Néo-Eco, une entreprise qui offre une nouvelle vie à des matières usagées.