Et si les traders européens passaient aux 35H ?

En pratique

Et si les traders européens passaient aux 35H ?

SURPRENANT

Les traders doivent-ils passer aux 35 heures ? Un tel scénario pourrait augmenter leur productivité, insérer professionnellement davantage les femmes et assurer un meilleur équilibre avec la vie privée. L’idée ne vient pas de penseurs bolcheviks mais de l’Association des marchés financiers en Europe (AFME) et de l’Investment Association, représentants des sociétés de gestion britannique ! 

Ces structures s’alarment en effet de l’amplitude horaire trop large d’ouverture des marchés (de 9h00 à 17h30, pour la Bourse française, par exemple).

Dans une lettre adressée aux principales Bourses européennes, ils proposent de passer à 7 heures par jour, de 10H à 17h, soit 35 heures par semaine. En comparaison les places américaines et asiatiques ouvrent respectivement 6 et 4 heures par jour. 

April Day, responsable des actions à l'AFME, explique qu’un jour plus court de trading : “améliorerait à terme la parité dans les salles de marché et favoriserait la santé mentale des financiers”. Secteur à forte pression, la finance est aussi l’un des secteurs où les discriminations salariales de genre sont les plus fortes, et les larges horaires ont été "identifiés comme un obstacle de taille pour le recrutement et le fait de garder des talents plus divers, en particulier ceux qui ont des familles", affirme le communiqué des associations financières. 

Malgré des salaires élevés, la question du recrutement est importante dans la finance. Elle est aujourd’hui concurrencée par les géants du numérique qui cherchent des compétences similaires, une expertise en code et en mathématique, et offrent des salaires élevés mais avec des conditions de travail plus souples. La balle est dans le camp des Bourses européennes.