Une monnaie unique pour l’Afrique de l’Ouest

En pratique

Une monnaie unique pour l’Afrique de l’Ouest

A voir...

"Rompons les amarres", c'est avec cette punchline qu'Emmanuel Macron a annoncé la fin du Franc CFA ce 21 décembre. Sans préciser de délai, il a évoqué la mise en place de l'Eco dans l’Union économique et monétaire d’Afrique de l’Ouest (UEMOA).

L'Union économique et monétaire d’Afrique de l’Ouest (UEMOA), en chiffres : 

  • 8 Etats
  • 3,5 millions de km2
  • 120,2 millions d’habitants
  • 291 milliards de dollars de PIB

Le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo, les huit pays francophones de l'Afrique de l'Ouest, passeront donc à la nouvelle monnaie dès 2020... à condition de respecter les critères de convergences. Parmi eux : rester en dessous de 3 % du Produit intérieur brut de déficit, de 10 % d’inflation, avec une dette inférieure à 70 % du PIB.

L'Eco pourrait être par la suite élargi aux pays anglophones et lusophones de l'Afrique centrale, appartenant à la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). 

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), en chiffres : 

  • 15 Etats (l'UEMOA + Gambie, Ghana, Guinée, Liberia, Nigeria, Sierra Leone et le Cap Vert)
  • 5,1 millions de km2
  • 335 millions d’habitants
  • 637 milliards de dollars de PIB

Un effet d'annonce

Cette monnaie unique n'est pas complètement une surprise. Les chefs d'Etat restaient plutôt discrets à son propos mais ils s'étaient réunis le 29 juin dernier à Abuja, la capitale du Nigeria.

Le nom « eco » avait été choisi au détriment de propositions comme « afri » ou « kola ». L'option du régime de changes flexibles, à l’instar de l’euro et du dollar, avait alors été arrêtée (cette décision n'a pas été gardée, voir plus bas). L’échéance de 2020 semblait encore irréaliste aux économistes.

Il est vrai que le chemin reste long avant la mise en circulation des premiers billets. Emmanuel Macron n'a fait aucune annonce calendaire. Mais les questions autour d'une banque centrale sont résolues. Elle s'appellera la Banque centrale de l’Afrique de l’Ouest mais la Banque de France va d'abord en assumer les principales missions, notamment la garantie de convertibilité avec l’Euro (pour une "crédibilité internationale").

Dans les premiers temps, l'Eco sera indexé sur l'Euro. On dit qu'il "gardera une parité fixe" avec la monnaie européenne. C'est d'ailleurs le cas du Franc CFA aujourd'hui : un euro vaut 655,96 francs CFA.

La valeur de l'Eco n'a pas encore été dévoilée.

La France : de cogestionnaire à garant financier

Certaines décisions prennent effet tout de suite, rapporte l'hebdomadaire Jeune Afrique. Le compte d’opération à la Banque de France est supprimé et il n'y a plus de représentants français au sein des instances de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Les huit pays de l'Afrique de l'Ouest n'ont plus l’obligation de stocker 50 % de leurs réserves de change au Trésor français. Ils peuvent le stocker partout dans le monde.

Plus qu'économique, le but de la manœuvre est politique. Elle répond à un souhait cher des nouvelles générations : mettre fin au "néocolonialisme". Plus de 60 ans après l'indépendance de ces pays de l'Afrique de l'Ouest, "le cordon ombilical est coupé", commentait l’économiste Kako Nubukpo, fervent militant d'une réforme depuis près de dix ans.

Le Franc CFA, héritage de la colonisation française dans 14 Etats africain

Le Franc CFA est actuellement la monnaie de huit des 15 Etats que compte la Cédéao. Lors de sa création en 1945 le Franc CFA signifiait Franc des Colonies françaises d’Afrique. Aujourd’hui, les lettres ont changé de sens mais la monnaie reste un héritage de la colonisation très controversé.

Il convient de distinguer le Franc CFA UEMOA et le Franc CFA CEMAC. Le premier est la devise officielle des huit Etats de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), aussi membres de la Cédéao. Le deuxième est la monnaie des 6 Etats de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC).

Il s’agit donc de deux zones monétaires différentes, chaque monnaie n’étant valable que dans sa zone monétaire propre, ce qui implique de devoir changer de devise lorsque l’on souhaite voyager dans un pays de l’autre zone. Les deux monnaies sont indexées sur le cours de l’euro et fabriquées en France, dans la petite ville de Chamalières en Auvergne.