? Pauvre planète ? La flotte mondiale d’avions pourrait doubler d’ici 20 ans. 

Par Clément Rouget

À VOIR

La “honte” de voler dénoncée dans les pays scandinaves (le flygskam) ou les rapports de la communauté scientifique ne semblent pas limiter le développement et la démocratisation du transport aérien.

L’Association du transport aérien international (IATA) pronostique un taux de croissance annuel des passagers de 3,5%. Le constructeur Airbus estime pour sa part cette progression à 4,3 %. Le nombre de voyageurs pourrait doubler et atteindre 8,2 milliards d’ici à 2037, appuie l’IATA. L’Asie sera le principal moteur de la croissance du trafic annuel via la multiplication des vols internes en Chine et en Inde. 

Quasiment 50 000 appareils en circulation ?

Airbus estime ainsi que la production d’avion va considérablement augmenter d’ici 20 ans. La demande mondiale est estimée à 39  210 appareils neufs sur la période 2019-2038, selon une étude de marché publiée mercredi 18 septembre par l’entreprise européenne. La flotte mondiale d’avion pourrait même doubler d’ici à 2038 avec 47.680 appareils en circulation contre 22.680 aujourd'hui.

Interrogé par le quotidien économique Les Echos, sur la question de l’effet sur la planète de ses activités, le nouveau patron d’Airbus Guillaume Faury estime que “ces pressions environnementales sont une bonne chose”. Mais il rappelle également que “le transport aérien représente 1/50e des émissions de CO2 de l'humanité, soit nettement moins qu'Internet "(ndlr : les émissions de C02 liées à Internet sont équivalentes, autour de 2%, selon l’Ademe, Agence française de l’environnement). 

Éco-mots

Flygskam

Terme suédois qui désigne la « honte de prendre l’avion » pour des raisons écologiques.