Automobile : quand la France était le plus grand constructeur mondial
  1. Accueil
  2. Entreprise
  3. Industrie
  4. Automobile : quand la France était le plus grand constructeur mondial

Entreprise

Automobile : quand la France était le plus grand constructeur mondial

Pierre Martin, agrégé d’histoire, professeur de chaire supérieure
,
Sélection abonnés

À l'aune du XXe siècle, la France dépasse l'Allemagne pour devenir, un temps, le premier constructeur mondial. Les temps ont changé depuis, mais la culture de la voiture est restée forte au sein de l'Hexagone. En 2020, le pays comptait 40 millions de voitures pour 67 millions d’habitants. 

À la fin du XIXe siècle, la France est en tête de tous les nouveaux secteurs moteurs de la deuxième révolution industrielle, dont l’automobile. La production est pourtant très modeste – quelques milliers de véhicules en 1900, à peine 45 000 à la veille de la guerre de 1914.

En 1900, Michelin offre son guide pour tout achat de pneumatiques. Il fournit des informations utiles : carte routière, liste des points d’essence, des garages, puis, à partir de 1904, des hôtels. On estime que l’industrie automobile française dépasse au plan technique l’industrie allemande vers 1890, pour devenir le premier constructeur mondial jusqu’en 1904, et encore le premier en valeur ajoutée par véhicule.

Un mirage peu à peu accessible

D’où une première clientèle haut de gamme : rentiers et nobles, notables, médecins, négociants et industriels. Quelques artisans et instituteurs s’y ajoutent, dans une France largement rurale où la facilité de déplacement justifie un gros sacrifice financier. Les Parisiens, qui inaugurent le métro en 1900, n’ont pas besoin de voiture.