Combien ça coûte un Ticket Restaurant ?

Entreprise

Combien ça coûte un Ticket Restaurant ?

Au même titre que la carte bancaire, le chèque ou les espèces, le titre-restaurant est un vrai moyen de paiement. Financé en partie par l’employeur, il est plébiscité par les salariés.

Inventé par un restaurateur français au début années 1960 pour attirer la clientèle, le titre-restaurant permet de payer un repas de midi, mais aussi de régler ses courses et fait aujourd’hui figure d’avantage social. Il est inscrit dans la loi depuis 1967.

Le marché, qui pèse près de 7 milliards d’euros1, a fortement évolué depuis, avec, notamment, sa dématérialisation. Il représente plus de 700 millions de titres distribués pour quatre millions de bénéficiaires, dans plus de 200 000 restaurants. Mais que paie exactement un salarié avec un titre-restaurant ?

ticket resto.PNG

Le coût d’un Ticket Restaurant imputé au salarié va dépendre du montant journalier que l’employeur choisit librement de créditer. Il dépend aussi du pourcentage de sa participation. La loi impose à l’employeur de prendre à sa charge entre 50 et 60 % de la valeur totale du ticket. Il bénéficie en retour d’avantages fiscaux et peut ainsi s’exonérer, jusqu’à 5,92 euros par ticket, des charges sociales qu’il paie.

Par exemple, sur un Ticket Restaurant d’une valeur de 11 euros, avec une prise en charge patronale de 60 %, l’employé déboursera 4,40 euros et l’employeur 6,60 euros. Sur cette somme, 5,92 euros seront exonérés de charges sociales et 68 centimes ne le seront pas.

Opérateur privé

L’employeur paiera également un coût pour le chargement des titres-restaurants chaque mois, qui se négocie en fonction de la taille de l’entreprise, du nombre de salariés qui en bénéficient et du montant des titres. Ils tournent autour de 2 % du montant chargé pour l’ensemble des frais en moyenne, selon l’émetteur Swile.

S’il est réglementé par les pouvoirs publics, le Ticket Restaurant est délivré par un opérateur privé agréé par l’État. Il en existe 10, tels qu’Edenred, Resto Flash, UpDéjeuner ou l’un des derniers à être entré sur le marché, Swile. Un émetteur de titres-restaurant se rémunère en prélevant une commission « d’apporteur d’affaires » et en facturant des frais techniques.

Ces frais sont payés par le commerçant à chaque passage en caisse. Leurs montants varient en fonction de l’émetteur et du délai de remboursement. Ils peuvent aller de 1,95 % à 4 % du montant de la transaction2, à quoi peuvent s’ajouter des frais fixes, de 3 à 8 centimes d’euros. Et si le client utilise une carte restaurant, des frais de transaction bancaire de 0,35 % (pour accéder au réseau) sont également à prévoir.

Enfin, sur un Ticket Restaurant de 11 euros, l’émetteur appliquera des frais de gestion autour de 3 % en moyenne, soit 33 centimes payés par le commerçant. À cela s’ajoutent 4 centimes d’euros pour la transaction numérique.

1. Chiffres de la Commission nationale des titres-restaurants, 2018

2. Chiffres donnés par l’émetteur Swile