Quand l’échec est un tremplin

Entreprise

Quand l’échec est un tremplin

En 2021, huit ans après sa fondation, snips, spécialisée dans les objets connectés respectant la vie privée, devrait être rentable. portrait de son président-fondateur, rand hindi, 34 ans.

“Il y a deux types d’entrepreneurs : ceux qui quittent leur emploi de salarié avec une solide expérience pour se lancer et ceux qui, comme moi, ne se voient pas faire autre chose » Le ton est direct, l’élocution rapide, l’enthousiasme évident. À 34 ans, le fondateur de Snips, l’une des réussites françaises dans le domaine de l’Intelligence artificielle (IA), n’est pas du genre à douter. « À aucun moment je ne me suis dit qu’il y avait 50 % de chances pour que ça marche », explique Rand Hindi, Français d’origine libanaise féru d’IA et de big data. « Si l’on veut faire quelque chose de vraiment innovant, il ne faut pas penser en termes de risque. »

Ce qui ne signifie pas créer sa start-up sur un coup de tête. Passionné d’informatique – il a co-créé un réseau social avant ses 15 ans – Rand Hindi décroche un doctorat de bio-informatique à l’University College de Londres avant de suivre des cours à la Singularity University de la Silicon Valley. Il est convaincu que l’IA va bouleverser nos vies si on parvient à la rendre invisible et à l’exploiter tout en respectant la vie privée.