EDF : un futur assombri par les dettes et la concurrence

Entreprise

EDF : un futur assombri par les dettes et la concurrence

L’opérateur historique est pris en tenaille entre l’irruption de la concurrence, qui tire les prix de l’électricité vers le bas, et le coût astronomique du maintien en état de marche des vieilles centrales nucléaires, sans oublier les dérapages budgétaires sur les chantiers des futurs réacteurs.

Notre avenir est électrique”. Dans une vidéo publicitaire digne d’un épisode de la série d’anticipation Black Mirror, EDF vante, à travers ce slogan, ses capacités d’innovation qui feraient de lui l’acteur majeur de l’énergie du XXIe siècle. Sauf que rien ne dit que le premier producteur et fournisseur d’électricité en France et en Europe a bien sa place dans cet avenir.

Née en 1946, grâce à la nationalisation de quelque 200 sociétés qui s’occupaient de produire et de distribuer de l’électricité, la vieille dame est au bord d’un précipice.

Endettée à hauteur de 33 milliards d’euros, elle ne génère pas assez de revenus pour faire face aux colossaux investissements nécessaires à l’entretien de son parc nucléaire et au développement parallèle des énergies renouvelables.