Emploi des personnes handicapées : le télétravail, une fausse bonne idée

Entreprise

Emploi des personnes handicapées : le télétravail, une fausse bonne idée

Le travail à distance pourrait sembler une excellente opportunité de faire travailler davantage de personnes handicapées. Mais l’idée est pétrie de représentations erronées du handicap.

Être serveur, c’est-à-dire parcourir en moyenne 14 kilomètres par service, semble a priori impossible pour une personne atteinte d’une maladie invalidante. Pas dans ce café tokyoïte, où les commandes sont prises par des robots humanoïdes commandés par les battements de cils de personnes atteintes, entre autres, de la maladie de Charcot.

Miser sur le télétravail comme outil d’inclusion des personnes en situation de handicap (PSH) dans l’emploi : l’idée connaît un certain élan depuis la pandémie. Véronique Bustreel, de l’Agefiph (un fonds pour l’insertion professionnelle des PSH), comprend cet engouement.

À lire Débat. Faut-il généraliser le télétravail ?

« Au regard des rendez-vous médicaux, des soins, des effets de certaines maladies ou de certains traitements, la possibilité d’organiser soi-même ses pauses, d’aménager son temps de travail peut être avantageuse pour les PSH. »