Entreprises françaises en Russie : que pèsent-elles ? Que risquent-elles ?

Entreprise

Entreprises françaises en Russie : que pèsent-elles ? Que risquent-elles ?

Plusieurs centaines de firmes tricolores, notamment dans les domaines des hydrocarbures, de la grande distribution ou du secteur bancaire, sont implantées en Russie depuis la chute de l’URSS. Exposées à de nombreux risques liés à la guerre en Ukraine, elles font l'objet de débat : doivent-elles rester sur place ou partir ?

« Les liens économiques entre la France et la Russie sont considérables, il y a énormément d’échanges et d’investissements français. Je ne comprends pas les mots de Bruno Le Maire », réagit Emmanuel Quidet depuis Moscou. Le président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) France-Russie affiche clairement son désaccord avec les propos du ministre de l’Économie.

Un peu plus tôt dans la semaine, face aux inquiétudes des acteurs économiques vis-à-vis de la guerre en Ukraine, Bercy a assuré que « l’économie française était peu exposée à la Russie, partenaire économique secondaire » de l’Hexagone. Cyrille Bret, chercheur associé à l’institut Jacques Delors, nous le confirme : « Les entreprises françaises sont peu exposées à la Russie. » Il n’empêche, ajoute-t-il, « certains secteurs sont tout de même très présents ».