Erreurs d'entrepreneurs. TIM Sports, le loueur de vélos qui a failli rater le virage digital

Entreprise

Erreurs d'entrepreneurs. TIM Sports, le loueur de vélos qui a failli rater le virage digital

Alain Atlani et Jérôme Blanc, les cofondateurs de l’entreprise, ont tardé à proposer une offre numérique. Leurs clients les y ont obligés.

Les clients sont étranges, parfois. Ils savent farouchement ce qu’ils veulent et avec la même certitude, achèteront pourtant le contraire.

Alain Atlani et Jérôme Blanc, deux quadragénaires parisiens et anciens de la finance en font l’expérience à l’automne 2019. Ils viennent de créer TIM Sports et démarchent leurs premiers clients, des entreprises.

« L’idée, c’était de leur proposer en location des équipements sportifs qu’elles pourraient ensuite proposer à leurs collaborateurs. Un employé veut par exemple s’essayer au golf, son employeur met à sa disposition des clubs de golf », retrace Alain.

Lui-même, quand il travaillait à la Société Générale, faisait partie de l’équipe de tennis et avait joué les Mondiaux du sport d’entreprise, notamment. « Ma boîte nous payait les polos, on finançait le reste – raquettes, balles… », rapporte-t-il.