Pour démocratiser et démystifier la rémunération, certaines entreprises ont carrément décidé de déléguer aux salariés la fixation de leur salaire. Une méthode radicale qui exige une discipline… radicale. 

Beaucoup de salariés rêvent de pouvoir choisir leur salaire, quelques entreprises l’ont fait. Un cauchemar organisationnel ? Pas nécessairement, même si pour Manon Silvain, responsable des ressources humaines de l’éditeur de logiciels Lucca, « le directeur financier anticipe plus difficilement ». Les entreprises pratiquantes insistent sur l’importance de l’autonomie et sur la responsabilisation des salariés. 

Mais cela ne s’improvise pas. « Au préalable, il faut que règne dans l’entreprise un niveau de confiance et de collaboration supérieur à la moyenne, et des salariés impliqués dans l’entreprise et ses résultats », prévient Christian Junod, ancien banquier devenu coach. Cela demande une grande transparence  : chacun connaît le salaire des autres, mais aussi la santé financière de l’entreprise. « Depuis le début, on avertit les futurs salariés que l’on parlera d’argent librement et ouvertement », confirme Antoine Vernier, consultant pour l’entreprise de cybersécurité SkillX.