La fonction publique et le télétravail, une vraie révolution culturelle ? 
  1. Accueil
  2. Entreprise
  3. Travail
  4. La fonction publique et le télétravail, une vraie révolution culturelle ? 

Entreprise

La fonction publique et le télétravail, une vraie révolution culturelle ? 

Sandrine Chesnel
,
Sélection abonnés

Dans la fonction publique, comme dans le privé, la crise sanitaire a contraint nombre d’organisations à se convertir au travail à distance, parfois à marche forcée et sans préparation.

En mai 2020, au sortir du premier confinement, 80 % des agents des administrations centrales de la fonction publique étaient en télétravail, revendiquait alors fièrement Amélie de Montchalin, la ministre de la Transformation et de la Fonction publique, dans les colonnes du journal Le Parisien.

Un chiffre à mille lieues des clichés sur une fonction publique passéiste, incapable de souplesse et d’adaptation. Mais ce résultat est-il la conséquence de la crise ou le signe d’un véritable changement de mentalité dans le public ?

À lire La France et ses trois fonctions publiques

Un accord sur un à trois jours par semaine 

« Les chiffres du télétravail cachent de grandes disparités d’une région à l’autre et d’une fonction publique à l’autre », explique Gabrielle Schütz, enseignante chercheuse en sociologie à l’université de Saint-Quentin en Yvelines, qui étudie  le télétravail  depuis 2018.

« Ainsi, ce mode d’organisation est quasi absent dans la fonction publique hospitalière, du fait des fonctions occupées, qui supposent une présence auprès des patients, mais beaucoup plus répandu dans la fonction publique d’État. » Mieux, les agents de la fonction publique sont deux fois plus nombreux à pratiquer le télétravail que les salariés du privé, comme en attestent les chiffres de l’enquête Sumer, publiés en 2020 par l’INRS.