La justice climatique, arme pour contraindre les entreprises ?

Entreprise

La justice climatique, arme pour contraindre les entreprises ?

Ces procès très médiatiques sont censés inciter les gouvernements et les entreprises à agir contre les émissions de CO2 responsables du réchauffement. Mais cette « justice » est-elle efficace ?

Début 2019, la pétition « L’Affaire du siècle » a passé la barre des deux millions de signatures. Un record historique ! Les signataires soutiennent quatre organisations non gouvernementales (ONG) qui veulent assigner l’État français en justice pour inaction face au changement climatique. C’est la dernière manifestation en date de la « justice climatique ».

À l’origine, rappelle Marta Torre-Schaub, directrice du groupement de recherche ClimaLex au CNRS, la justice climatique est un mouvement initié par des ONG afin que soit reconnu le fait que les pays développés sont davantage responsables du changement climatique que les pays en développement.

Ces mêmes ONG ont ensuite entrepris des actions en justice très médiatisées au niveau national, dans les pays où le droit le permet : « C’est le deuxième volet de la justice climatique, qui a commencé dans les années 2000 aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et en Australie puis s’est propagée en Europe avec l’affaire Urgenda », explique la chercheuse.