La semaine de quatre jours va-t-elle s'imposer avec le télétravail ? 

Entreprise

La semaine de quatre jours va-t-elle s'imposer avec le télétravail ? 

Le temps de travail des salariés diminue régulièrement. Une poignée d’entreprises pionnières est carrément passée à la semaine de quatre jours. Pourtant, malgré des modèles de réussite, cette organisation est pour l’heure ultra-marginale. Le télétravail pourrait tout changer.

« Je travaille le lundi, le mardi je suis off, puis j’enchaîne avec trois jours plus calmes. » Discours étonnant pour un dirigeant d’entreprise, mais pour Laurent de La Clergerie, c’est naturel : il a mis en place, début 2021, la semaine de quatre jours pour les 800 salariés de la maison mère de LDLC, sa société de commerce en ligne.

Le sujet est discuté depuis plusieurs décennies. Il a ses partisans : les Premières ministres finlandaise et néo-zélandaise, certains syndicats et partis. L’Espagne envisage de le tester. Microsoft Japon l’a expérimenté un mois : sa productivité a crû de 40 %. « On n’attendait pas de gain de productivité, explique Laurent de La Clergerie, mais on a fait le pari qu’en améliorant la qualité de vie avec plus de temps libre, les salariés seraient plus motivés et meilleurs. »