Investir dans un magasin en échange de produits éthiques de qualité et de manière conviviale, c’est la promesse du supermarché coopératif. Le modèle se développe, mais pourra-t-il devenir la norme ?

De l’extérieur, la Cagette de Montpellier ressemble à n’importe quel supermarché. Alors régulièrement, des curieux poussent la porte. « Êtes-vous êtes coopératrice ? », demande Charles Godron, responsable de la communication de La Cagette, à une dame aux cheveux courts et aux lunettes rouges qui vient juste d’entrer. « Non », répond-elle.

Charles lui explique alors qu’elle est dans un supermarché coopératif et participatif, où seuls les membres peuvent faire leurs courses. « Mais nous pouvons vous faire visiter, si le projet vous intéresse », propose-t-il.

Copropriétaire pour 100 euros

Chaque mois, entre 60 et 80 personnes rejoignent ainsi La Cagette. En achetant 10 parts de 10 euros chacune, soit un investissement initial de 100 euros (payable en plusieurs fois), iIs en deviennent copropriétaires.