LGBT : loin du pink washing, certaines entreprises ont compris le potentiel
  1. Accueil
  2. Entreprise
  3. Parité et Diversité
  4. LGBT : loin du pink washing, certaines entreprises ont compris le potentiel

Entreprise

LGBT : loin du pink washing, certaines entreprises ont compris le potentiel

Julie Desrousseaux
,
Sélection abonnés

L’inclusion de toutes les orientations sexuelles est clairement source de performance pour l’entreprise. Loin du pink washing, les organisations l’ont bien compris. Enfin, surtout aux États-Unis.

« Lesbiennes, gays, bisexuel.e.s, transgenres, on vous encourage. » Ce 17 mai – journée mondiale de lutte contre l’homophobie –, ce n’est pas sur un tract que l’on peut lire ces mots, mais à la Une de La Tribune, un grand média économique. 

Ils sont signés par 173 signataires de la charte de L’Autre Cercle,  l’observatoire qui promeut l’inclusion des personnes LGBT+ au travail, parmi lesquels Orange, Sodexo, Vinci, Engie, Barilla…

Les LGBT+ représentent « environ 7 % de la population », estime Alain Gavand, coresponsable de l’observatoire. Soit près de 4,7 millions de consommateurs en France, et plus de 500 millions dans le monde, un immense marché à capter !

À lire « Adieu ma honte » : Moi, Ouissem Belgacem, footballeur et gay 

Du cynisme au pragmatisme

De plus en plus d’entreprises le comprennent. « Les “industries du vice” (alcool, tabac, bars et boîtes de nuit) ont été les premières à cibler les personnes queer (qui s’affranchissent des étiquettes sexuelles). Aujourd’hui, des couples non hétérosexuels apparaissent dans toutes sortes de publicités », observe Lee Badgett, économiste au sein du Williams Institute à l’université américaine UCLA.