Licenciements massifs chez Twitter : aux États-Unis, le patron est-il tout puissant ?
  1. Accueil
  2. Entreprise
  3. Travail
  4. Licenciements massifs chez Twitter : aux États-Unis, le patron est-il tout puissant ?

Entreprise

Licenciements massifs chez Twitter : aux États-Unis, le patron est-il tout puissant ?

Lucile Chevalier
,
Sélection abonnés

À peine arrivé à la tête de Twitter, Elon Musk a licencié massivement employés et prestataires en charge de la modération. Les employés, ceux virés comme ceux qui restent, pourront-ils l’arrêter ?

L’essentiel

- À peine arrivé chez Twitter, Elon Musk a licencié la moitié des salariés et modifié la culture d'entreprise

- Mais dans un pays où le contrat entre l'employé et l'employeur est roi, l'action du nouveau propriétaire et dirigeant n'enfreint pas la loi

- En raison de "l'employment at will", l'employeur n'a pas besoin de motif pour renvoyer ses employés sans avoir à craindre de répercussions légales.

_______

 « À 9 heures (heure du Pacifique), le vendredi 4 novembre, tout le monde recevra un e-mail avec comme sujet : votre rôle à Twitter. (…) Si votre emploi n’est pas impacté, vous recevrez une notification sur votre adresse chez Twitter. Sinon sur votre adresse personnelle ».

Ainsi, la veille, la direction annonça un plan massif de licenciement (environ la moitié des effectifs), sans motif ni préavis. Vu de France, la méthode est brutale. Surtout que dans le même temps, le nouveau patron, informait les 4 400 prestataires, en majorité en charge de la modération, que dorénavant il se passerait de leurs services. Pourtant, du strict point de vue du droit américain du travail, il n'y a là rien de répréhensible.