Pourquoi le tout-télétravail ne fait pas recette en entreprise

Entreprise

Pourquoi le tout-télétravail ne fait pas recette en entreprise

Face à la cinquième vague de Covid-19, le gouvernement a annoncé l’obligation de recourir au télétravail au moins trois jours par semaine, quand cela est possible, à partir du 3 janvier. Malgré la pandémie, les entreprises sont restées réticentes au tout-télétravail.

Avec la cinquième vague de Covid-19, l’apparition du variant Omicron et le relâchement des gestes barrières, le Premier ministre Jean Castex a annoncé le 27 décembre l’obligation pour les entreprises de recourir au télétravail « trois jours minimum par semaine et quatre quand cela est possible ». C’est moins strict que chez nos voisins belges, qui ont l’obligation de télétravailler quand leur métier le permet au moins quatre jours par semaine.

Depuis le début de la pandémie, un ensemble d’acteurs au sein des entreprises rejette le tout-télétravail. En témoigne, la position de Geoffroy Roux de Bézieux, président du Mouvement des entreprises de France (Medef). « C’est une erreur », selon le patron des patrons, au micro de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC. Il dit « non à l’obligation » de télétravailler, mais « oui à un effort supplémentaire » de la part des entreprises.