Mal aimés, isolés, les managers en quête d'une nouvelle image

Entreprise

Mal aimés, isolés, les managers en quête d'une nouvelle image

Le management attire moins les salariés qu’auparavant et pour les managers en poste, la pression peut susciter une grande lassitude. Pourtant, les entreprises ont besoin de ces responsables d’encadrement. 

Près d’un tiers des managers arrêteraient de manager s’ils le pouvaient (29 %, selon une étude Cadreo). Pour Françoise Dany, chercheuse en gestion des ressources humaines à l’EM Lyon, « la carrière managériale est très exigeante et ne répond pas toujours aux attentes. Et les cadres ont parfois le sentiment qu’on ne leur donne pas les moyens d’accomplir leurs missions ».

Beaucoup témoignent de leur goût pour l’accompagnement d’équipes, mais aussi de leur lassitude face aux conditions de travail : nombre de tâches écrasant, beaucoup de reporting, peu de voix au chapitre. 

Dans de rares cas, ils demandent même à être rétrogradés. Françoise Dany explique que « les organisations ignorent souvent le quotidien des équipes. La gestion se fait à l’aide d’indicateurs déconnectés du réel. Les managers sont soumis à la pression des coûts, on leur demande de prendre de la hauteur, mais ils ont du mal à tout faire. Or ces difficultés sont rarement discutées. Ils peuvent se sentir seuls ».