Nike, le sprint jusqu’au bout de la com’ pour séduire Wall street

Entreprise

Nike, le sprint jusqu’au bout de la com’ pour séduire Wall street

Le champion du monde des maillots et chaussures de sport continue de connaître une croissance à plein régime dopée par une communication agressive et des partenariats controversés. Les inévitables couacs ? Une aubaine qui alimente la stratégie du bulldozer. Le groupe américain vient de signer sa meilleure performance financière de son histoire. 

« Il nous a fallu 40 ans pour atteindre 20 milliards de dollars de chiffres d’affaires [en 2011, NDLR], seulement quatre ans pour passer de 20 à 30 [2015] et nous visons les 50 milliards pour 2020 ! », pronostique depuis plusieurs mois le patron de Nike, Mark Parker. Au regard des derniers résultats, la marque à la virgule risque bien d'atteindre ses objectifs phénoménaux. Au 3e trimestre 2019 (juin - août), le groupe a amassé pas moins de 10,6 milliards de dollars de chiffre d'affaires, pour un bénéfice net de 1,37 milliards de dollars. Des chiffres vertigineux salués par la Bourse de New York, où l'équipementier pèse plus de 100 milliards de dollars. L'année 2018 fut déjà exceptionnelle : plus de 36 milliards de ventes dont les deux tiers pour les seules lignes de chaussures, baskets en tête. Ses bénéfices approchaient alors les...deux milliards de dollars.